N°5 Le Friend-Boulet

15/12/2017

(A lire avec une voix grave parce que c'est stylé)

Bonjour ! Je vais vous raconter l'histoire de l'un des plus grand explorateur.... (Merde ! Tromper de film) Plus Grand Boulet de la Terre ! J'ai sacrément hésiter à vous la raconter ! Mais je suis un homme plein de musc... (Non oubliez) Un homme qui assume ses actes ! Et je me prénomme... À toi de deviner !



Il était une fois l'an dernier, un jour de pleine journée. Plus exactement un mardi, où je fus abandonné par l'entièreté de mes camarades lors de la guerre de la faim (Ouais cherchez pas c'est la pause de midi). Sauf un qui était parti mais que je n'ai pas revu plus de la journée. Enfin bref, je m'embêtais en attendant la reprise des cours... Mais je me faisais carrément chier putain ! Et la Bim, je vis une table presque libre, ouais parce qu'il y avait une seule personne. Et ça tombais bien parce que j'avais envie de parler, d'ailleurs même l'individu de le plus insupportable de la planète m'aurait suffit. Mais ce n'était pas l'individu le plus Insupportable de la planète, c'était un fille plutôt jolie qui mangeaient des cacahuètes (Caramélisées... Elle avaient l'air bonnes ! Mais bon on s'en fout sauf moi). J'ai alors commencé à lui parler de je ne sais plus quoi d'ailleurs pendant une demi-heure. Puis elle a parlé de son pays, de sa culture et sa raison de sa venue en France et j'ai de même de mon côté. Puis arrivé à la fin du paquet de cacahuètes, non je veux dire à la reprise des cours (Mais elles avaient l'air bonnes les CACAHUÈTES ! Jamais les oublieraient ! Jamais !) on a échangé nos numéros et tout le blablabla. Enfin le classique quoi.


On discutait souvent par messages bien qu'on ne se voyait presque jamais à cause d'un emploi du temps trop mal foutu (Toi même tu sais si tu as fait des études). Puis un jour, elle m'a proposé qu'on fasse un truc ensemble et ne connaissant presque rien de la région, devinez qui c'est qui a dû organiser tout ça, c'est pas moi ! Non je rigole c'est moi ! Étant le meilleur asocial de tous les temps, je n'ai jamais été doué pour organiser une soirée. Puis la solution m'est apparue telle une oasis dans le désert, un feu au sommet de l'Everest, de la vie sur Pluton au bout de un mois : leCINÉMA ! Un mois ! Un putain de mois ! Un foutu mois pour trouver quoi faire d'une soirée ! (Mhhrrrr... Mhhrr... Ma gorge...) Bien sûr le choix du film a été aussi un vrai défi. Mais j'ai bataillé tel un poilu sur le Front, un lapin dans le No Man's Land et j'ai trouvé (Je vous laisse deviner le film). Je lui ai proposé, et elle a accepté direct. J'ai dès lors fixé le rendez-vous la semaine suivante.



Arrivé le Jour-J ou le J-Jour, un soir de pleine soirée où il faisait tout nuit avec la lune, les étoiles qui brillent et tout là. J'arrive en premier au rendez-vous avec la plus jolie tenue qui puisse exister : une veste sale qui sentait pas très bon avec des odeurs pas très communes, un pantalon déchiré malgré lui, des chaussettes différentes dont une trouée et des chaussures que même Gargamelle avec quatre grammes d'alcool dans le sang ne s'amuserait pas à les porter. Et la BIM ! Elle est arrivée avec une tenue plus que soignée comparé à moi. On est de tout suite rentré dans le cinéma parce qu'il faisait froid putain. Je le savais que la veste trouée c'était une mauvaise idée. J'avais prévu un peu d'argent et pour donner une bonne impression en bon ami j'ai tout payé pop-corn y compris (RIP money). On s'est de suite dirigé vers la salle. Puis arrivé devant on a attendu pendant une demi-heure (Encore...), évidemment j'ai utilisé mon super pouvoir : raconter des blagues et des conneries. Mille huit cent secondes plus tard, on s'est assis dans la salle avec les pop-corn à moitié terminés.


(A lire avec une voix normale à partir de... de... maintenant) 


Ensuite on a regardé le film tout à fait normalement. Une fois le film terminé, on est sorti du cinéma. Là il m'est venu l'idée de lui payer un verre, sauf que juste après lui avoir proposer j'ai regardé ce qu'il me restait et.... RIP MONEY... Du coup j'ai tourné la chose de manière à faire comprendre que la prochaine fois ce sera possible. On a alors un peu marché et discuter. Mais elle avait l'air déçu. Je ne comprenais pas pourquoi pourtant j'avais rien de fait mal. Enfin j'en avais l'impression... J'ai fini par la ramener chez elle et elle m'a proposé de se refaire un cinéma un autre jour (J'ai accepté bien sûr). Elle avait l'air encore plus déçue quand je lui ai dit au revoir. Je lui ai fait amicalement la bise et je suis parti. 


Après ce rendez-vous, les discussions par message étaient beaucoup moins fréquentes, au point où on ne se parlait presque plus à la fin. D'ailleurs on est jamais allé voir ce deuxième film. J'ai essayé de comprendre mais je n'ai jamais eu de réponse. Dès fois je la voyais de loin mais elle me snobait. Puis au bout d'un moment on ne s'est plus parlé du tout.



(Retour de la voix grave) 


Arrivé à la fin de l'année, après la guerre des examens, je l'ai croisé. Et là elle ne pouvait pas m'ignorer, avec un terrain miné autour impossible de s'enfuir. Non en fait c'était sur un trottoir, on a parlé cinq minutes. Avec ma logique logiquement logique et pleine de jugeote, j'ai carrément oublier de lui poser la question pourquoi elle avait agit ainsi après la soirée... Du coup je n'ai jamais eut de réponse. Ce fut la dernière fois que la vit puisqu'elle est repartie dans son pays d'origine et n'est plus jamais revenu, de ce qu'elle m'a dit. Et là après l'avoir croisée, sur le chemin du retour j'ai eu une putain de grosse révélation :OH ! PUTAIN JE SUIS UN PUTAIN BOULET ! Et en pensant à nos discussions (Ouais parce que j'ai relu tous les messages), à sa manière de se comporter avec moi et tout le reste : j'ai réalisé que je l'avais Friendzoner depuis le début sans m'en rendre compte ! Je la voyais comme une pote depuis le début ! Il m'a fallu six putains de mois pour le réaliser ! Six mois ! La pauvre ! Je ne me suis même pas excusé d'ailleurs ! Maintenant je comprends sa réaction (Mais un peu trop tard). Puis je suis rentré chez moi : Vive la PLS et Adieu la Miss.




Morale de l'histoire : Friendzoner c'est mal.

Bon je vais manger des cacahuètes caramélisées.




Prenez exemple sur lui avant qu'il ne soit trop tard : 

Regardez autour de vous,

Levez la tête de vos portable. Soyez fin observateur.

Et vous ferrez peut-être petit à petit dans votre quotidien des chats noirs apparaître.