N°2 Les fous, les mamies et les charlots

22/09/2015

Septembre 2015, quelque part dans le Sud de la France

s'il y a bien une chose de relou dans la vie c'est de prendre le train, mais ce qui est tout aussi relou. C'est de prendre le train tout seul lorsqu'on est malade.

C'est avec la fièvre et la tête dans le brouillard que je rentre dans le wagon. Il y a des places de libres, chic ! Je pose mon sac sur mes genoux. J'enlève mes écouteurs, trop peur de m'endormir et rater ma station. J'suis sur un de ces regroupements de quatre places sans table. Seule jusqu'au départ où un gars s'assoit en face de moi. À gauche vers le fond, il y a quatre mamies qui causent assises à une table. Derrière elles, il y a une femme et deux hommes, dont l'un d'eux porte des lunettes.
Le train sort de la ville. J'arrive pas à regarder le panneau qui indique les arrêts. Le gars en face de moi me regarde tanguer sur mon siège en essayant de pas se fendre la poire, mais il y a un sourire qui dépasse. Putain que ça tourne ! j'essaye de stabiliser ma matière grise en fusion pour regarder le paysage. Je tangue moins mais ça va trop vite, ça m'étourdit encore plus.

À gauche il y a la femme et l'homme à côté qui causent fort en gloussant de façon dérangeante. Pas dérangeante comme " oh ça fait chier ce bruit !", plus comme les combats gores et hypers sanglants dans les légendes Arturiennes, où ça cause de tripes qui tombent, de crâne écrasé et de chair de manière organique. Les deux fous me fixent, très rassurant tout ça ! Ils parlent, enfin gueulent, une langue un peu bizarre. Ce n'est pas une langue Européenne. On dirait une langue inventée. Les mamies se taisent en se regardant mutuellement. "Chut" fait l'homme à lunettes. " Ne faut pas qu'on se fasse remarquer avant d'arriver à la frontière."
Les six autres passagers d'un coup , on a tous fermé nos gueules et détourné le regard. Les mamies se sont mises à lire Gala. Le gars en face de moi me lance un regard paniqué. Ouais, moi aussi je veux sortir de ce foutu wagon l'ami. Les deux fous parlent toujours en me fixant avec leurs yeux qui transpirent le malsain. Celui à lunettes les excuse, mais sourit jaune. Je prends mon sac et vais aux toilettes, fermée et merde.

Le train s'arrête à une station, deux types, un mince, un plutôt gros montent et restent debout près de la porte de sortir. Les deux gueules plus fort que les deux fous. Ils débattent sur la guerre d'Algérie et De Gaulle. Les mamies tirent des tronches déconfites. Ils n'étaient pas Gaullistes ou Gaulliens ceux-là. J'écoute, ça me rappelle mes anciens cours d'histoire. FFL, le camps de Rivesaltes, Jean Moulin, La semaine sanglante...
Encore deux stations.
Je sais pas qui des mamies ou des deux fous excités par le bruit que font les deux charlos va péter un plomb en premier.
OHH, putain con ! Mamie numéro un en partant de la fenêtre pose son magazine et lance un regard à la Clint Eastwood sur les deux gueulards. Les deux fous vont finir par se briser le cou à force de se les touner dans cette même direction.
Encore une station.
Mamie numéro une tape du coude sa voisine qui l'imite et prévient les deux autres un regard. Putain, que l'idée de chanter Maréchal nous voilà ne passe pas à l'esprit de ces charlos. La tension monte un peu plus quand mon voisin d'en face et moi regardons aussi les deux gueulards. Le mince capte, regardent Mamie un et Mamie deux, les deux fous, le gars, moi et enfin son pote.
Le contrôleur rentre dans le wagon, le soufflet retombe. Quand on parle de De Gaulle, il y a un mec en uniforme tout fiéros qui arrive ? Il passe checker les tickets, mon voisin d'en face pâlit et s'enfonce dans son siège quand le contrôleur arrive à notre hauteur. Pas de ticket. Le contrôleur a un sourire cruel, il lui fout une amende. Dur.
Vl'a Ma station, enfin, je
descends.


Musique de circonstance :


<script>
(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]''function(){
(i[r].q=i[r].q''[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
})(window,document,'script','https://www.google-analytics.com/analytics.js','ga');
ga('create', 'UA-83418443-2', 'auto');
ga('send', 'pageview');
</script>