N°19 Le son des disparus

02/09/2014

2 septembre 2014, 15 juillet 2016,quelque part dans le Sud de la France,



Ils étaient nombreux dans la ville, à des lieux préçis à certaines heures de certains jours.

Il y avait celui Halles, qui vous balançait au visage tous les cris d'animaux possibles et imaginables. Son préféré ? Celui du chat pour ces messieurs, et celui de la poule pour ces dames. Il avait la tête du mec pas net qui attend devant les maternelles avec un long manteau. Mais il n'a jamais été violent celui-là. Il partait dès qu'on s'approcher à plus de deux mètres de lui le crieur des Halles.

Il y avait celui de la rue de l'école de coifure, un sangin qui au choix vous gueulait dessus si vous le regardiez dans les yeux en vous donnant un coup dans le dos avant de s'enfuir ou qui se mettait à siffler en vous suivant dans la rue jusqu'au prochain lieu public.

Il y avait celui dans les petites rues près du canal, qui à la vue d'une paire de seins cachée sous du tissus vous traiter de mille nom d'oiseau multicolore.

Il y avait celle-la dans les rues du centre culturel qui vous taxer des cigarettes et qui affectait d'être sénile lorsque vous l'a rencontrer de nouveau.

Il y avait celui du théâtre, qui en faisait cent fois le tour avec son chiens et qui gueulait des fils de putes à qui croisaient son chemin.

Et qu'aujourd'hui on ne voit plus.


<script>
(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]''function(){
(i[r].q=i[r].q''[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
})(window,document,'script','https://www.google-analytics.com/analytics.js','ga');
ga('create', 'UA-83418443-2', 'auto');
ga('send', 'pageview');
</script>