N°16 Fuite en avant

01/02/2016

Février 2016 ,Quelque part dans le Sud de la France,


    Plus que cinq minutes, je regarde la porte de secour, elle est encore fermée. Le loquet peux être ouvert depuis l'intérieur de la salle. C'est bon.

Je suis tout au fond de la salle, il faudra une demie minutes aux autres pour ranger leurs affaires et une autre demie minutes pour venir vers moi me demander si je ne veux pas boire un café à côté du lycée. Je commence à ranger mes affaires pour ne laisser sur la table qu'un stylo quatre couleurs et une feuille que je fais plier en quatre pour mettre dans la poche gauche de ma veste avec le stylo quatre couleurs. Une minute, la prof donne les devoirs, je les note sur le bas de mon poignet, range le stylo quatre couleurs et plis la feuille. Vingt seconde. Je ferme mon sac et regarde mes chaussures pour voir si mes lacets sont bien fait.

La sonnenie retenti, signal de départ, je prend mon sac, ouvre le loquet de la porte de secour et ouvre cette dernière. Je pars à gauche, pour passer aux toillettes du deuxième étage et en sort avant que les premiers sortis n'arrivent du côté droit devant le hall du lycée. Je longue le bâtiment principale, arrive dans le hall d'entrée avant que les plus lent qui sont passé par le côté gauche ne soit sur mes talons. Plus que dix mètres avant la liberté ! J'avance vers le portail.

Et dans mon dos résonne une voix :

-"Tu vas faire quoi pendant l'heure dis ?"

Et merde ! un camarade de classe, autant être honnête et lui dire.

-" Lire tranquille."

-" Ah, je peux venir ?"

Oh putain con ! Sérieusement ? Bon, on va faire bonne figure.

-"C'est plus une activité qu'on fait seul, je vais pas te faire la lecture quand-même."

Je ris, il se mets à rigoler. J'en profite pour passer le portail et partir comme une flèche dans l'un de mes endroit préféré de la ville. C'était ma seule heure pour lire. Faut pas pousser mamie dans les ortis !




Lorsqu'on est toujours entouré on se sent certes soutenu, mais ça nous étouffe vite d'être H24 entouré. Certains n'arrive pas à supporter d'être un peu seul pendant une heure aujourd'hui ou même à faire quoique ce soit seul. C'est plus que dommage d'être dépendant d'autrui, à jamais ne prendre du temps pour soi, on finit par ne plus avoir une identité propre. La solitude n'est pas mauvaise, du moment qu'elle n'est pas permanente.


Pour coller à l'ambiance :


<script>
(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]''function(){
(i[r].q=i[r].q''[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
})(window,document,'script','https://www.google-analytics.com/analytics.js','ga');
ga('create', 'UA-83418443-2', 'auto');
ga('send', 'pageview');
</script>