N°13 Wesh, tu veux du jus de mangue ?

13/08/2013

Août 2013,Quelque part dans le Sud de la France.


Mon objectif cet été-là était de boire un café ou un coca dans tous les cafés de ma ville natale. C'était marrant et ça tuer le temps. Le problème était le suivant : juste dans la rue principale il y en avait une vingtaine. De quoi ne plus savoir où en donner de la tête. Ce qui devait arriver arriva. Je me suis perdu comme le dernier des andouilles sur le chemin du retour.

J'ai dû chercher une bonne heure pour retrouver l'avenue principale. Je ne savais plus par où passer pour éviter de marcher une dizaine de kilomètres. Mon portable était achès, plus de batterie avec l'écran tactile foutu qui avait explosé avec la chaleur. Merci la pomme !
En somme, c'était la Zé-mi ! Je ne savais pas où je devais aller. J'étais comme un con avec mon journal sous le bras. Et là deux gars sur l'autre trotoir qui me gueule :

-" Eh pitchou !"

Ils traversent la route et viennent vers moi. Ils me demandent si ça va. Je leur explique. Ils me demandent mon nom.

-"Ah, t'es l'un des petits neveux du Docteur à vélo !"

-"Bon, viens à la maison boire un verre que t'es palot ! Et après on te montre le chemin."

On est allé chez eux, ils ont sorti de leur frigo plein de bouteilles de jus de fruit. "Ici que du jus de fruit ! "qu'ils me sortent." Notre péché mignon c'est le jus de mangue !"

J'ai bu mon jus de mangue en silence. Leur appartement était dans les immeubles de réinsertion sociale dans le Sud près du parc et à l'Est de l'ancienne zone industrielle. M'ont dessiné une carte sur mon journal puis ils m'ont accompagné jusqu'à la zone industrielle. J'ai marché vingt minutes avant d'arriver chez mes grands-parents.


Je me suis fait engueulé par ma grand-mère quand je lui ai raconté. "Tu'aurais pu te faire tuer ou tabasser !" qu'elle m'a dit. Mais bon, il y a des villes où la chaleur humaine est toujours présente. En allant dans le Sud profond entre ma région natale  il faut croire que j'ai perdu une part de cette bonhomie-là, pour encore me souvenir de ce jour-là.

Même si l'extrême sud de la France est une terre chaleureuse, c'est pas là-bas que les Wesh wesh du quartier vont raccompagner une gamin perdu par simple gentillesse. Même si les gens y sont sympas, il n'en est rien. C'est seulement dans le froid des montagnes  que la camaraderie est vraiment présente. Dans les montagnes on est sûrement des bisousnours, en même temps on est de la génération Chirac : on change pas grand-chose, mais notre présence suffit à tenir le pays.


La chanson du moment :

<script>
(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]''function(){
(i[r].q=i[r].q''[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),
m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)
})(window,document,'script','https://www.google-analytics.com/analytics.js','ga');
ga('create', 'UA-83418443-2', 'auto');
ga('send', 'pageview');
</script>