N°1 La dame du train

11/07/2017

Cela fait depuis septembre que je prend le train pour aller à la fac du lundi au vendredi, voir même le samedi si cours il y a.





Donc une heure pour l'allé une heure pour le retour tous les jours.
Moi qui m'ennuie facilement, j'essaye tant bien que mal de m'occuper dans ce train rébarbatif en faisant des dessins qui au final ne valent pas mieux qu'un dessin de ma petite cousine de quatre ans, mais bon ! Ça fait passer le temps, qui s'avachi tel un pacha sur mes épaules carrées.


Sinon j'ai un autre jeux : parler avec des filles ! Non pas pour les drager ! Quoi que un peu...
Mais plutôt pour discuter de tout et de rien . Je sais pas pourquoi j'ai plus de facilités pour ça que pour le dessin, et je trouve qu'elles ont plus de sujets de discutions que mes congénères. On peut aller plus en profondeur ; voir même partir dans des débats.


Mais un jour, je vois une fille qui donnerait même une érection au pape ; des courbe voluptueuse, des cheveux d'or, une élégence dans sa démarche royale et comble du bonheur elle s'assit juste devant moi. D'habitude je n'aime pas aborder ces oiseaux rares telle que cette colombe car dans la majeure parti des cas, ces colombes sont en grande partie des serpents qui detruisent leur beauté par une noirceur d'âme et d'esprit. Telle une coquille vide : tout n'est qu'appara et rien n'est réel.


Mais ce jour-là, là je m'ennuie donc faut bien faire passé le temps. Je jette alors mon hameçon dans le lac de l'improvisation .
-: "Bonjour." lui dis-je avec un léger signe de la mains pour attirer son regard verveine.
Elle décroche ses écouteurs de son mp3 avec ses deux mains tout en me demandant ce que je lui veux.
Le poison a mordu à la ligne,à moi de le ramener sur la terre de la discution. Je commence par du classique :
-: "Vous avez l'heure s'il vous plait ?"
-: "Oui! Biensûr."me dit-elle avec un joli ptit sourire. Elle a une voix de fumeuse: ce qui se confirme quand elle ouvre son sac. Je jette un rapide coup d'oeil qui me permet de voir un sèche cheveux et des paquets de clope.
-: "Neuf heure moins le quart."
-: "Merci."


Je laisse un léger silence de deux seconde pour pouvoir passer à la deuxième étape de labordage.
-: "Je suis désolé de vous demander ça, mais j'ai oublié de prendre mon paquet de clope ce matin (je ne fume pas), je peux t'en piquer une ?"
-: "Tiens" qu'elle me dit en me tendant son paqueet,"sers- toi, il et neuf."
-: "Merci. J'essaye toujours d'arrêter, mais c'est dure.
-: "Moi aussi !"
-: "Bienvenue au club. Sinon, moi c'est "Yoyoboss"." je lui tend la main " et toi ?"
-: " Moi c'est "M"."
J'ai réussi !!! Le poison n'est même plus sur le bord du lac, mais dans la voiture en direction de la cuisine.
C'est donc parti pour une longe discution sur pleins de trucs que j'ai oublié. On se voit deux à trois fois par semaine dans le train et on discute. Elle est en C.A.P coiffure et me parle souvent de son boulot.Jusque au jour où on parle de sexe et que je lui avoue que je suis encore pueau à 18 ans (du moins en parti,mais ça c'est une autre histoire) donc elle se mets à rire ; ce qui biensûr me mets mal à l'aise. Elle me raconta des histoire à elle; moi les miennes qui la font encore plus rire.
Et là sans prévenir elle me prends la main et me dit à voix basse
-: "Suit-moi !"

Je la suis, le coeur qui bat fort au bout de la bite, accompagné d'un surplus d'excitation ce qui me donne un beau sourire sur le visage tout le long du trajet entre le wagon jusqu'aux toilettes.


/!\ Attention, c'est le moment pour les âmes sensibles et les jeunes gens d'aller regarder un Panda moqueur ou de passer leur chemin. Contenu à caracttère choquant et ou sexuel. Cordialement, -La direction du Chat noir. /!\


Me voilà le pantalon sur les chevilles et elle à genoux comme pour faire une prière devant une statue d'idole de dix-neuf cm pour six de côté.
Elle commence à me lécher la bite comme si elle voulait la nettoyer avant de se l'enfourner et c'est ce qu'elle a fait,du moins juste la moitié car le gland tape au fond. Je bouge un tant soit peu dans sa bouche sous l'effet de son tetage et mon gland se gonfle et se fait plus sensible. Je sens les moindres variations de sa langue qui agit sur les point sensibles. C'était divin. Le seul problème c'est que je ne suis pas précoce, alors au bout de dix minutes, rien n'était sortir et rien n'allait sortir dans les 10 minutes qui allait suivrent.
Donc j'ai fin la jouissence,l'embrasse et commence à jouer avec ses seins qui n'avait rien de naturel.
Et au moment de descendre ma main pour la remercier et surtout car j'aime ça , elle me stoppe net :
-: "On arrive je crois."
J'insiste en la couvrant de baisers :
-: "On peut rester encore cinq minutes.",mais là son regard me disait qu'elle était plus partante. "Bon ok ! Mais laisse-moi t'embrasser une dernière fois sur le cou."
-: "t'es bizarre."
-: "Oui et ?" J'en profite pour m'approcher de son cou et lui faire un énorme suçon. Elle me repousse en râlant. Je la chari un peu :
-: "Au moins tu ne m'oublieras pas ce soir."
Elle me traite d'abruiti plus lassée que colérique.


Deux semaines plus tard, elle m'appelle pour boire un verre cher elle à trois heures de l'après-midi. Elle habite le village d'à côté donc j'y vais en vélo. On se donne rendez-vous devant l'église. Elle m'attends chez elle pour boire un simple verre, qu'elle m'avait dit, mais la façon qu'elle l'avait énoncer laisser penser qu'on n'allait pas seulement un verre ; donc j'ai pris une boite au cas où, mieux vaut être trop prévoyant que pas assez avec ces choses-là.
J'arrive chez elle. Elle me dit de me mettre à l'aise en me montrant le clic-clac :
-: "je vais me changer à toi de jouer
j'attends comme un fou. Des centaines de pensées érotiques s'entremêlent dans ma tête. S'allait être ma première fois et en plus une fille de rêve autant mentalement que pour le reste. Le rêve ! J'enlève mon haut, ne garde que le bas. Je pointe midi comme un cheval qui attends sa jument. Dix minutes plus tard elle sort de la salle de bain avec une petite nuisette qui lui arrive à mi-genoux. Le bout de sa poitrine pointe dans ma direction. Elle s'approche et le carresse le torse de ses mains douces.
-: "J'ai un truc a te montré."
-: "Quoi ?"
-: "Voilà mon secret." qu'elle m'a dit en soulevant sa nuisette.
Et là

Un pénis de dix cm pas plus qui était dressé devant moi.
J'ai rien dit.
Elle a rien dit.
Je lui est tendu la main.
-: "On reste ami !"
-:"Je...je comprends."
J'ai remis mon t-shirt et je suis rentré chez moi sans colère ni rancoeur.
J'étais juste déçu de mon manque de bol et très surpris. J'suis un putain de chat noir


La vidéo qui va bien :


Voilà moi c'est Yoyoboss ,ou plutôt mon pseudo,J'suis un putain de chat noir.

Maintenant, il est l'heure d'annoncer les bails les chatons.

Tout va se passer en trois étapes que nous allons vous expliquer en temps voulu.

La première étape va être de répondre à une question à trois choix, dont chaque choix va vous mener à une vidéo youtube où l'un des membres du colletif a posté un commentaire.


Si non, c'est perdu, si oui un lien s'affichera.

Le lien est une vidéo qui donne le numéro de la petite histoire de l'an passé qui contient l'indice !

Big up à toi cher Fanboy !


Quel est le meilleur club de rugby  ?